Les travaux sont terminés sur la porte de La Réole

Après le démontage de l'échafaudage, la façade occidentale de la tour porte de La Réole a retrouvé de sa superbe. Au premier étage, la petite fenêtre moderne a été ré-ouverte laissant voir de l'extérieur,  à droite du montant, la trace de l'ancienne meurtrière qu'elle a remplacée. A l'intérieur, l'ébrasure de cette meurtrière est aussi bien visible.    

Ainsi s'est achevée la consolidation extérieure de cette tour ! 

Les travaux se terminent sur la porte de La Réole

Les travaux de restauration reprennent sur la porte de La Réole cet automne 2017

En ce mois d'octobre 2017, les travaux de consolidation de la façade occidentale de la porte de La Réole sont en cours de réalisation. Les ouvriers de l'entreprise Dufaure enlèvent les derniers restes du lierre, changent les pierres abimées, suppriment les boursouflures du parement, injectent du ciment dans les anfractuosités  et rejointent l'ensemble. Quand ces travaux seront terminés, la consolidation de la tour sera achevée.

Les travaux de restauration 2016 se terminent à la porte de La Réole

Les travaux de re-jointement des pierres de la façade sud de la tour porte de La Réole sont achevés. L'enlèvement du lierre a permis de découvrir des traces de hourds qui complétaient la défense du chemin de ronde à proximité de la tour. La reconstruction de la latrine du premier étage est achevée le 15 novembre. L'échafaudage a été enlevé :  cela permet encore une fois d'apprécier le travail de José et de son équipe ! Merci pour tout ce travail ! Merci aussi à nos sponsors et en particulier au Crédit Agricole.

Jean-Claude Huguet

Les travaux de restauration de la porte de La Réole

         Depuis deux semaines, un échafaudage est venu couvrir le flanc sud de la tour porte de La Réole pour en restaurer le parement. Il a fallu enlever le lierre avant de pouvoir commencer à re-jointer les pierres. Cela a permis de confirmer la présence d'une latrine au premier niveau de la tour. Celle-ci devrait être reconstruite prochainement. Encore deux semaines de travail pour les ouvriers de l'entreprise Dufaure, José et Stéphane, le père et le fils, qui oeuvrent d'arrache-pied sur le site depuis plusieurs années.

Jean-Claude Huguet

La trace de l'arrachement du mur de fond et du siège des latrines
La trace de l'arrachement du mur de fond et du siège des latrines
Trace d'arrachement du toit et du mur de fond des latrines
Trace d'arrachement du toit et du mur de fond des latrines

 

La préparation des travaux de restauration sur la porte de La Réole en 2016

 

 

 

La nouvelle campagne de restauration doit consolider la façade sud de la tour porte dite de La Réole. Il s'agit aussi d'enlever le lierre qui a envahi le mur du rempart. Pour cela, depuis le mois de mars, le dégagement de la base de la tour et du rempart a été réalisé. Cela a permis de voir que la construction repose directement sur le rocher. A cet endroit, une maison avait été bâtie au XIXe siècle : elle s'est effondrée depuis plusieurs décennies. Les travaux de dégagement ont permis de retrouver une partie des éléments de cette maison. Elle comprenait trois pièces en rez-de-chaussée et un parc à cochon. Elle a subi au moins une réfection.  Dans l'une des pièces, on peut voir les traces d'extraction de pierre, effectuées probablement lors de la construction du castrum. La totalité de l'édifice n'a pas été dégagée : seulement l'espace nécessaire au travail des ouvriers pour la restauration de la tour. Mais cela représente déjà quelques mètres cubes de terre, de pierres, de briques et de tuiles.

 

Jean-Claude HUGUET

 

Dernier chantier : restauration de la Porte dite de Sauveterre en 2013 et 2014

Le dernier chantier effectué sur le site du Castrum avait pour but de dégager la porte de Sauveterre de ses végétaux envahissants et de faire apparaitre la barbacane. La belle surprise a été la découverte de quelques marches menant vers le chemin de ronde.

Les chantiers de restauration

Dès sa fondation, l'Association s'est tournée vers le service départemental des Bâtiments de France pour solliciter l’aide financière du Conseil Général et ses conseils techniques ainsi que l’aide de l’Etat à travers la DRAC (Direction régionale des Affaires culturelles) ainsi que l’aide du Conseil Régional dans le cadre du Patrimoine qui nous a permis de restaurer et de sauver une partie de l'enceinte. 

Il faut, à ce propos, souligner l'attention toute particulière que porte l'instance départementale à la sauvegarde du patrimoine culturel girondin qui soutient les travaux que l'Association entreprend chaque année.

A visiter aussi...